Roger Coppe ou le corps humain transcendé

Roger Coppe ou le corps humain transcendé

 Chez Coppe, la main est le sismographe des émotions, des élans et des pulsions.

Tantôt le trait et l’encre glissent sur la feuille, tantôt la plume griffe et entaille la peau trop blanche. Sensibilité extrême d’un graphisme où alternent les caresses et la vigueur.

Le cœur de l’œuvre est un hymne à la femme: corps, formes allongées, alanguies, offertes et lascives. Autant de visions poétiques et évocatrices sans jamais la moindre vulgarité. Coppe ne copie pas le réel, il l’interprète, en gomme certaines facettes pour en offrir d’autres à notre regard.

Une œuvre dans la grande tradition des Maîtres du dessin du Nord ave cependant en plus une audace, un traitement de la figure et une sensibilité toutes contemporaines.

Parallèlement à son œuvre graphique, Coppe peint, travaille l’aquarelle, crée des œuvres monumentales ainsi que des sculptures murales et des vitraux. Son œuvre est montée sur le plan international tant à travers des expositions personnelles que collectives, et nombreuse sont les collections privées et publiques où figurent ses créations.

M. Michel BOHBOT

Critique près de la Cour d’Appel de Versailles